Délégationde Champagne Sud

L’accueil des migrants

Interpellation de notre aumônier

Mais, au fait, qui est l’Autre au juste ? Et en quoi me regarde-t-il ? Voilà des questions que le chrétien, pratiquant fervent ou occasionnel, est invité à se poser de plus en plus souvent dans le contexte actuel où nous voyons arriver dans notre pays des personnes qui y cherchent refuge.

publié en octobre 2016

L’aumônier du Secours Catholique que je suis se trouve comme tout le monde devant la question de l’accueil que nous devons à ceux qui se présentent à nos portes.

Allons, les amis, nous savons bien ce que Jésus nous en a dit dans ses paraboles. Notre manière de recevoir ces leçons-là est souvent d’une générosité parcimonieuse et limitative, non ? Et on aurait facilement tendance à commencer par essayer de « faire le tri » et d’appliquer quelques critères plus ou moins justes pour nous rassurer d’abord.

Pour éclairer notre lanterne, je propose une réflexion du pape Jean-Paul II : « L’Église se sent le devoir d’être proche, comme le bon Samaritain, du clandestin, du réfugié, icône contemporaine du voyageur dépouillé, roué de coups et abandonné sur le bord de la route de Jéricho » (message pour la Journée mondiale des migrants de 1997). Vous ne trouvez pas que cette phrase reste d’actualité ?

Il y a un autre passage très connu, celui où Jésus s’identifie au pauvre, au malade, au prisonnier, à l’étranger : « J’étais un étranger et vous m’avez accueilli » (Mt 25, 35). Voici le commentaire qu’en a fait Mgr Daucourt, dans son homélie aux Semaines sociales 2006 : « Jésus ne dit pas : j’étais un malade catholique et vous êtes venus me voir. J’étais un prisonnier innocent et vous m’avez visité. J’étais un étranger avec des papiers en règle et vous m’avez accueilli. » Vous avez compris, mes amis. Dans l’appellation Secours Catholique il y a « secours » en tout genre, et « catholique », qui signifie d’abord et surtout « universel », « pour tout le monde » !

Comment allons-nous accueillir « l’Autre » ? Eh bien, tout simplement comme un frère, comme une sœur, de bon cœur ! C’est le sens de la Miséricorde, celle qui a nom Caritas !

Lawrence Turner
Aumônier du Secours Catholique Champagne Sud

Imprimer cette page

Consulter le site national