Délégationde Champagne Sud

Secteur Bourbonne-les-Bains

Quand la solidarité s’organise

Exemple concret d’une proximité vécue avec une famille originaire d’un pays de l’Est et installée en France depuis plusieurs années.

publié en juin 2018

C’est une histoire toute simple, celle d’un père qui vit en France depuis une dizaine d’années et qui a fait venir sa famille. Pour loger tout le monde, il a acheté une très petite maison qu’il restaure et agrandit à mesure de ses possibilités. Actif et intégré, il travaille dans le bâtiment. Son salaire est un peu plus élevé que le SMIC. Son fils aîné devrait être prochainement embauché ce qui lui permettrait d’avoir un salaire. Cela dit, la situation financière est extrêmement tendue. En 2016, durant une période de chômage, la CAF leur a versé le RSA pendant plusieurs mois avant de s’apercevoir qu’ils n’y avaient pas droit. Un remboursement d’environ 3 000 € leur a donc été demandé.

Compte tenu de la situation fragile de la famille, une remise gracieuse a été demandée. Le conseil départemental a remis la moitié de la dette et établi un échéancier de 50 € par mois pour le reste.

Face à sa précarité budgétaire, la famille n’a pas pu respecter l’échéancier. Après diverses relances, le couperet est tombé : un huissier a exigé le remboursement immédiat des 1 250 € restant dus, sous peine de saisie. Bien qu’il n’y ait presque rien à saisir, cette exigence a plongé la famille dans le plus grand désarroi. Avec quelques amis, nous avons donc proposé de lui prêter le montant de la dette pour la libérer de cette contrainte. En groupant un certain nombre de petits prêts, nous pouvions sans doute rassembler la somme qui était, tout compte fait, assez faible. Pourquoi un prêt solidaire plutôt qu’un don ? Pour permettre à la famille de rester consciente des règles de fonctionnement de la société et aussi pour respecter sa dignité. Après le remboursement, elle ne devra plus rien à personne.

Dix familles ont répondu favorablement, ce qui a permis de réunir les fonds nécessaires. Nous avons ouvert un compte bancaire pour recueillir les participations et encaisser mensuellement les remboursements. Étalés sur deux ans, ils ne constituent pas une charge trop lourde. La dette a été remboursée à la CAF dans les délais, au grand soulagement de la famille.

Notre action ne s’arrête pas là. Nous poursuivons notre accompagnement, en particulier pour l’apprentissage du français et surtout pour les démarches administratives qui sont sources d’angoisse et de stress pour la famille. Elle honore courageusement le remboursement de ce prêt solidaire. La situation s’améliore lentement et si le bout du tunnel n’est pas encore en vue, l’espérance grandit chaque jour.

Odile et Jean-Michel Bresson
Bénévoles

Imprimer cette page

Faites un don en ligne